Comment rompre un contrat d’assurance habitation ?

2

Que signifie un avis de déchéance de contrat d’assurance automobile, habitation, motocyclette et autre assurance ?

La confiscation d’assurance désigne la perte totale des droits d’un preneur d’assurance à une indemnisation en vertu du contrat d’assurance en raison du non-respect des obligations légales du souscripteur.

A découvrir également : Quand annuler son assurance habitation ?

En d’autres termes, le contrat est en cours et la protection promise n’est rien.

Quels sont les cas les plus courants ?

A lire aussi : Comment comparer les assurances habitation ?

Les compagnies d’assurance déclarent généralement la déchéance d’un contrat lorsque l’assuré ne paie plus ses cotisations ou si les informations transmises, avant ou après la survenance d’une réclamation, de l’assuré sont faussées.

La base du contrat d’assurance est la confiance .

L’ exactitude des informations transmises au moment de la signature, ainsi que le respect des délais de mise à jour des données constituent l’essence de contrat.

L’ évaluation des risques et le montant des cotisations sont basés sur une description précise des facteurs de risque entourant l’assuré et ses actifs corporels ou incorporels.

Si les clauses sont facultatives, une entreprise peut résilier un contrat si le risque devient élevé. On parle de résiliation du contrat.

Exemple

Un professionnel du bâtiment fournit de nouveaux équipements déclarés de valeur significative. Lors d’une visite impromptue d’un agent d’assurance, l’équipement en question n’était plus dans le pipeline ni dans le dépôt du client.

Le matériel assuré a été vendu après la signature du contrat. L’assuré n’a pas signalé le changement d’équipement d’occasion.

En cas de catastrophe majeure, l’entreprise débourserait des sommes colossales pour rembourser la perte de nouveaux équipements. La société déclare que le contrat d’assurance était confisqué pour non-respect de la clause de divulgation mise à jour. L’entreprise ne fait plus confiance à l’assuré.

Qui pouvons-nous contacter pour refuser d’activer cette clause ?

Si un souscripteur n’est pas d’accord avec l’introduction de la clause de confiscation par son assureur, il peut communiquer avec l’ACPR.

Il est conseillé d’être accompagné d’un avocat spécialisé en droit assuré lorsque les montants sont importants.