Comment se gère une assurance vie ?

1

Après la mort d’un être cher, il est plus que conseillé de profiter rapidement de l’assurance-vie. Le processus est simple, et les sommes seront versées très rapidement si vous le faites correctement. Pas besoin d’un notaire ou d’un professionnel. Les instructions d’utilisation et les documents justificatifs pour rétablir l’assurance-vie en cas de décès sont fournis.

Pourquoi l’assurance-vie est-elle hors de la succession ?

En France, tous les biens du défunt sont soumis à la taxe de succession : livres bancaires, biens immobiliers, voitures, meubles, etc. Ce produit est soumis à une taxation séparée et n’a pas besoin d’être traité dans la déclaration de succession. En effet, les bénéficiaires d’un contrat d’assurance-vie en cas de décès peuvent libérer rapidement de l’argent sans avoir besoin de personne. Pour comprendre les étapes, je télécharge une connaissance de l’impôt sur le décès dans l’assurance-vie : comment l’impôt sur l’assurance-vie est-il calculé sur le décès ? Laissez-moi me rappeler brièvement pour que vous compreniez comment souscrire une assurance-vie en cas de décès.

A voir aussi : Est-ce le moment d'investir dans le pétrole ?

  • Si le défunt a payé des sommes sur le contrat il y a 70 ans : chaque bénéficiaire ne paie pas jusqu’à 152 500€. Pour les montants dépassant, les autorités fiscales prennent 20 % (puis 31,25 % de 700 000€).
  • Si le défunt a versé des sommes après 70 ans, les bénéficiaires partageront une allocation unique de 30 000 euros. En outre, la fiscalité est celle de l’impôt sur les successions et dépend ensuite de la relation de parenté. Voir : Les frais de succession et
  • le calendrier des dons Le conjoint marié ou chronométré ne paie jamais rien.

Comment puis-je obtenir une assurance-vie après le décès ?

La conclusion d’un contrat d’assurance-vie en vertu de la La mort est facile et ne nécessite pas de frais. La principale difficulté est que vous devez savoir que la personne décédée a une police d’assurance-vie avec laquelle vous êtes le bénéficiaire pour récupérer rapidement l’argent. Si vous savez qu’il y a une assurance-vie en votre nom dans cette banque ou compagnie d’assurance, l’accord est rapide. Par conséquent, il est plus que conseillé d’avertir les bénéficiaires de passer votre assurance-vie . Je vais tout d’abord décrire en détail l’approche de ceux qui sont dans cette situation, puis nous verrons le cas des bénéficiaires qui ne sont pas au courant de l’assurance-vie.

Approbation et preuve du droit à une assurance-vie avec des sommes payées avant l’âge de 70 ans

Pour bénéficier de l’assurance-vie en cas de décès, vous devez Documents :

A lire en complément : Comment choisir la devise à trader ?

  • un certificat de décès prouvant que le souscripteur du contrat est décédé (à la mairie du lieu du défunt).
  • Un RIB pour que l’assureur vous paie l’argent.
  • Un document qui prouve votre identité en tant que bénéficiaire.

Sur ce dernier point, la preuve dépend de la manière dont la clause bénéficiaire est élaborée. Soit la clause d’assurance-vie contient votre nom (M. DUPONT Martin) et, dans ce cas, une carte d’identité ou un passeport suffit. Soit la clause indique le rang (conjoint, mes enfants, etc.) et ensuite il doit être prouvé. Cela peut être fait par le livret familial ou par un acte de notoriété qui détermine votre relation familiale avec le défunt. S’il y a plusieurs bénéficiaires, tout le monde peut mener à bien le processus lui-même. Il est également possible de regrouper les spectacles pour tout résoudre à la fois.

Étape 1 : Allez à la banque ou Assurance qui gère l’assurance-vie.

Premièrement, il suffit d’informer l’institution qui administre le contrat que la personne est décédée. Vous devez y aller ou envoyer une lettre avec l’acte de mort. Rétrospectivement, dites à l’institution que vous êtes bénéficiaire du contrat d’assurance-vie. À l’heure actuelle, les trois documents susmentionnés seront demandés par le consultant.

Exemple

M. Corrigetonimpot sait qu’il est bénéficiaire de deux contrats d’assurance-vie de son père. Il va chez le notaire pour avoir une hérédité qui prouve qu’il est le fils du défunt. Il se rend à la banque A et à la Banque B pour déposer son RIB, son certificat de décès et son certificat de succession.

Étape 2 : L’assureur vous informera du montant payé avant l’âge de 70 ans.

Dans ce qui suit Jours jours, l’établissement vous enverra un papier indiquant le montant des sommes payées pour le contrat avant l’âge de 70 ans. Notez que le nombre comprend les paiements et les intérêts, puisque l’imposition est basée sur les deux.

Exemple

M. Corrigetonimhot reçoit des preuves initiales de la banque A montrant que le contrat est d’une valeur de 80 000 euros et que 80 000 euros sont imposés conformément à l’article 990I (montants payés il y a 70 ans). La banque B lui a envoyé un document attestant que les montants payés avant l’âge de 70 ans étaient imposés à 90 000 euros.

Étape 3 : Les impôts seront des congés fiscaux.

Une fois que vous avez ces informations d’identification, allez simplement au centre de contrôle. Ce dernier calcule ensuite l’imposition selon les barèmes indiqués ci-dessus. Les autorités fiscales facturent uniquement le et publiez un document intitulé Tax Outbox pour résumer le montant à payer. Il est obligatoire de passer par le régime fiscal, car ils peuvent accumuler une assurance-vie si le bénéficiaire reçoit plusieurs d’entre elles de la part des banques différemment.

Exemple

M. Corrigetonimpot verra d’abord les autorités fiscales avec le document de la Banque A. Il convient de rappeler que la taxe est de 20% si les montants dépassent l’allocation de 152 500€. Les autorités fiscales notent que 80 000€ sont imposés. Elle émet un reçu fiscal initial pour la Banque A indiquant que la taxe est de 0€. Les autorités fiscales notent également que M. Corrigetonomhot utilise 80 000 euros en dessous de ses 152 500 euros. M. Corrigetonimpot retournera aux autorités fiscales avec la preuve de la Banque B. Les impôts indiquent que les sommes avant sera payé pendant 70 ans et que 90 000€ seront imposés. Vous savez qu’il ne reste plus que 72 500€ d’allocation. L’impôt à payer est de (90 000 – 72 500) * 20 % = 3 500€. Le reçu fiscal de la Banque B est émis et indique que la taxe de 3 500€ est payable.

Étape 4 : L’assureur ou la banque verse les sommes aux bénéficiaires et perçoit l’impôt.

Ensuite, il suffit de retourner les recettes fiscales à la banque ou à la compagnie d’assurance. Vous prenez l’impôt à payer sur le capital et vous transférez le reste. Vous serez responsable de la transmission de l’impôt vous-même. Cette étape ne devrait pas prendre plus de 2-3 semaines. Si l’institution ne paie pas les montants dans ce délai, une lettre recommandée suffit généralement pour les accélérer, étant donné que la législation exige un délai strict.

Exemple

M. Corrigetonimpot verra la banque A avec la première sortie fiscale. L’institution note que la taxe est nulle et verse les 80 000 euros à M. sur sa rib.Idem pour la banque B. La banque note qu’elle doit prélever un impôt de 3 500 euros. Il paie le solde de 90 000 — 3 500 = 86 500 euros à M. Corrigetonimpot.

Instructions pour l’utilisation de l’assurance-vie après 70 ans après le décès.

La conclusion d’un contrat d’assurance-vie dont vous êtes bénéficiaire est presque la même si les montants ont été payés après 70 ans. Il suffit également de vous apporter les documents et d’aller à la banque, puis à la taxe, puis à la banque pour obtenir votre argent. Toutefois, l’imposition spécifique des montants payés après 70 ans (déduction de 30 000 euros et impôt ultérieur après l’impôt sur les successions) signifie qu’il existe deux donnera des différences.

1- L’acte d’héritage, qui est nécessaire pour résoudre l’assurance-vie après 70 ans.

Si le défunt a payé plus de 30 000€ après 70 ans, l’impôt dépend du montant de l’impôt sur les successions. Le taux n’est pas le même pour les enfants que pour les frères/sœurs, les habitudes de partage, les étrangers, etc. Par conséquent, les autorités fiscales doivent connaître votre statut d’héritage afin de calculer les impôts et de fixer les recettes fiscales. Il est donc impératif d’avoir un document établissant votre relation avec le défunt.

2- Il est nécessaire d’informer le notaire si l’allocation de 30 500€ sera utilisée pour certains héritiers.

C’ est un aspect très technique. Si le bénéficiaire est un ascendant (parent…), un descendant (enfant, petit-enfant…) ou un frère/sœur, le congé fiscal doit également être transmis au notaire responsable de la propriété. En effet, les sommes d’assurance vie supérieures à 30 000€ sont soumises à l’impôt sur les successions. Si le notaire ne connaît pas ces contrats, alors il se trompera des parties inférieures de l’échelle et vous risquez de vous réorganiser quelques mois plus tard. J’ai expliqué ce cas en détail ici : l’assurance-vie devrait-elle être enregistrée auprès du notaire ? Non, sauf dans 4 situations.

Évaluation : Le rétablissement de l’assurance-vie après le décès est très facile.

Je vous conseille de retirer vos contrats d’assurance-vie vous-même et rapidement, si vous en êtes au courant. Tu n’as pas à payer un professionnel. En fin de compte, il suffit d’aller à la banque une fois, puis aller sur les impôts et retourner à la banque. Il est également possible d’envoyer des courriels à l’un puis à l’autre. Il convient également de noter que certains assureurs ou banquiers ont des services qui sont directement reliés au Les autorités fiscales écrivent pour recevoir un congé fiscal. Dans ce cas, il suffit d’aller à l’institution qui gère l’assurance-vie une fois, et ils feront ce dont ils ont besoin. Si, d’autre part, l’institution est zélée à vous demander des documents supplémentaires inutiles (original du contrat signé, retard de paiement, attente des documents des autres bénéficiaires…), n’hésitez pas à les menacer de consulter l’autorité de surveillance des banques par courrier recommandé et le devraient être très rapidement accélérer rapidement.Le plus strict dans l’histoire est d’obtenir le certificat de décès et le certificat de reconnaissance, ce qui indique notre qualité en tant que patrimoine. En tout état de cause, ces deux documents sont nécessaires à toutes les étapes de la prise en charge d’un décès.

La restauration de l’assurance-vie de cette manière n’est possible que si vous êtes au courant des contrats du défunt, dont Bénéficiaire que vous êtes. Si ce n’est pas le cas, une solution reste, mais elle peut être gérée un peu plus longtemps.

Comment pouvez-vous souscrire une assurance-vie si vous ne connaissez pas les contrats ?

Étant donné que vous ne connaissez pas les contrats d’assurance-vie du défunt, il est évidemment impossible de demander à la banque de les dissoudre. La première option consiste à vérifier les relevés bancaires de la personne décédée pour déterminer l’assurance-vie. Sinon, il est possible d’écrire à une organisation appelée AGIRA. AGIRA communiquera avec tous les assureurs pour savoir si la personne décédée avait une assurance-vie que vous êtes le bénéficiaire.

Ecrire à AGIRA ne coûte rien, il suffit d’envoyer un e-mail. Il est nécessaire d’indiquer l’état matrimonial du défunt et le vôtre en joignant un certificat de décès. AGIRA aura alors 15 jours pour accéder à toutes les installations qui gèrent les polices d’assurance vie en France. Si vous êtes bénéficiaire d’une police d’assurance-vie, vous en saurez dans un délai maximum d’un mois. L’envoi d’une simple lettre suffit à l’adresse suivante : AGIRA – Recherche de bénéficiaires en cas de décès – 1 rue Jules Lefebvre – 75 431 PARIS 9 Une fois le résultat obtenu, il suffit de poursuivre les étapes précédentes avec l’organisme qui gère l’assurance-vie.