Que faire si vous êtes victime d’un délit de fuite ?

26

En cas d’accident de la route, toutes les personnes impliquées, qu’elles soient auteures ou victimes, ont l’obligation de s’arrêter et d’effectuer un constat à l’amiable. Le fait de ne pas s’arrêter constitue en soi un délit de fuite qui est fortement sanctionné par la loi et qui donne lieu à des amendes et des peines d’emprisonnement. La question est de savoir quelle indemnisation la victime peut obtenir pour la réparation préjudice qu’elle a subit ?

Avec le nombre toujours croissant d’accidents avec délit de fuite sur les routes françaises, il est essentiel de savoir quoi faire si jamais vous êtes victime d’un délit de fuite.

A lire aussi : La règle 50/20/30 pour optimiser votre budget

Ce que vous pouvez faire après un délit de fuite

1. Garez-vous en toute sécurité

Si vous êtes la victime d’un accident de la circulation dont l’auteur a pris la fuite, la première chose que vous devrez faire, c’est de vous garer sur le bord de la route, sans tenter de poursuivre ou d’appréhender le coupable. Vous seriez surpris de ce que vos émotions et votre adrénaline peuvent vous faire faire après un accident. Tenter de pourchasser le coupable peut aggraver la situation de façon exponentielle (et le fera très probablement).

2. Appelez immédiatement la police

Une fois que vous êtes garé en toute sécurité, prévenez les forces de l’ordre immédiatement, et déposez une plainte contre X, et ce :

A lire également : Le marché de la fenêtre a progressé en 2018

  • même si vous n’avez pas la description ou la plaque d’immatriculation du véhicule qui vous a heurté ;
  • même si toutes les parties impliquées n’ont pas fui le lieu de l’accident. Un délit de fuite particulièrement désagréable peut se produire lorsque le coupable fournit des informations fausses ou inventées de toutes pièces avant de partir. Plus tard, lorsque votre compagnie d’assurance tente de communiquer avec la leur, vous découvrirez que tous les renseignements étaient faux. En fin de compte, vous finissez par payer vous-même toutes les réparations et les dommages. Souvenez-vous : ce n’est pas parce que la personne n’a pas fui immédiatement que vous ne pouvez pas être une victime.

Si vous n’êtes pas en mesure d’appeler la police, demandez à n’importe quelle personne sur les lieux de le faire. En l’absence de cette formalité, votre compagnie d’assurance peut faire traîner le processus de réclamation, ou même la refuser complètement. Il faut rappeler qu’une partie du travail de l’agence d’assurance consiste à vous défendre dans de telles situations ; qu’il s’agisse d’accélérer le processus ou de répondre à vos questions au cours du processus de réclamation.

3. Recueillez des preuves

Ensuite, vous devrez effectuer le constat à l’amiable, seul. La démarche consiste à recueillir des preuves pour votre compagnie d’assurance, c’est-à-dire prendre des photos claires et de haute qualité des dommages causés à votre véhicule et de la zone où l’accident s’est produit. C’est aussi une bonne idée de documenter exactement ce qui s’est passé immédiatement après. Vous pouvez le faire en écrivant sur une feuille de papier, sur votre téléphone ou même sur un enregistrement vocal. L’élément de preuve le plus important à recueillir pendant tout cela est la plaque d’immatriculation du coupable. Cela facilitera grandement le traitement des demandes de règlement et augmentera vos chances d’obtenir le remboursement de votre franchise.

Le constat que vous avez clairement rédigé devra être envoyé à votre compagnie d’assurance dans les cinq jours qui suivent l’accident. N’oubliez pas de mentionner expressément le délit de fuite ainsi que le récépissé du dépôt de plainte.

4. Cherchez des témoins

Il est très important également de chercher d’éventuels témoins ayant pu assister à l’accident. Si un témoin a noté le numéro de plaque d’immatriculation de la personne qui a heurté votre voiture, cela vous aidera également à remplir le constat et le dépôt de plainte et à soumettre le numéro de plaque à votre assureur.

5. Communiquez avec votre compagnie d’assurance

Enfin, une fois les affaires urgentes traitées (rapport de police, documents, etc.), vous devrez présenter une demande de règlement auprès de votre compagnie d’assurance, si vous êtes assuré “dommages tous accidents” ou “tous risques”. Si vous ne bénéficiez que d’une couverture partielle, vous pouvez prétendre à une indemnisation de la part du Fonds de garantie des assurances obligatoires (FGAO), une entité créé pour indemniser les victimes d’accident dont le responsable n’est pas identifié.