Quelle assurance accident de la vie ?

0

En Belgique, on estime que plus de 200 000 Belges sont victimes d’accidents de la vie privée chaque année. Les incidents liés à la vie privée sont statistiquement trois fois plus nombreux que les accidents de la circulation.

Il peut donc être important de vous protéger et de protéger votre famille contre ces accidents de vie.

A lire également : Choisissez une mutuelle qui prend en charge vos consultations chez le psychologue

Quels sont les avantages d’une assurance accidents de protection des données ?

L’ assurance accident privée, également connue sous le nom de « garantie d’indemnisation sur la vie (ATM) » ou « Assurance de protection des renseignements personnels contre les accidents », est donc la suivante :

  • pour couvrir les conséquences de l’écrasante majorité des lésions corporelles accidentelles importantes auxquelles l’assuré est exposé dans sa vie privée
  • et le compenser très rapidement pour les conséquences de cet accident

En cas d’accident lié à la protection des données, il s’agit généralement de la sécurité sociale, de l’assurance mutuelle ou d’une autre assurance maladie complémentaire (peu et/ou droit), qui intervient et paie une partie des frais. Mais de nombreux coûts ou conséquences de l’accident ne sont souvent pas couverts et ici ce type d’assurance fera sa part !

Lire également : Quel diplôme pour devenir maitre d'œuvre ?

Il convient également de noter que la procédure d’indemnisation a toujours été longue (recherche des responsabilités, lenteur administrative,…) et que grâce à cette assurance, l’assuré est très rapidement indemnisé et soigné (même s’il est lui-même responsable de l’accident ou si celui-ci est non responsable de l’accident identifie).

Il convient de noter que l’accident doit être important, avec des conséquences importantes ou en cas de décès, afin de pouvoir bénéficier de cette assurance.

Pour qui dois-je souscrire une assurance accidents ?

Il y a généralement deux formules :

  • Le contrat individuel
  • Le contrat familial

Dans le contrat familial, il est parfois possible de seulement son assurer le conjoint ou le partenaire ou assurer toute la famille (au moins ceux qui vivent sous l’égide de la famille), y compris les enfants à charge (parfois petits-enfants, si vous avez la garde).

Par conséquent, il existe des contrats qui s’adaptent à toute situation familiale. Dans certains contrats plus complexes, il est parfois même possible d’adapter les garanties aux besoins de chaque membre de la famille.

Certains assureurs fixent parfois une limite d’âge lors de la souscription au contrat (si c’est le cas, en règle générale, la période de 65 ans s’applique). Parfois, les bénéficiaires du contrat sont priés de remplir un questionnaire médical avant de conclure le contrat.

Quand une police d’assurance entre-t-elle en vigueur ?

L’accident d’assurance RC est efficace au bénéfice de l’assuré ou de son titulaire des droits :

  • en cas d’incompétence ou
  • handicap en cas de décès
  • Couverture des frais médicaux
  • Soutien aux assurés

Il y aura une intervention si cette condition est due à une cause aléatoire (ou à une maladie causée par une cause aléatoire).

Il convient de garder à l’esprit que les garanties, les conditions d’intervention et d’indemnisation varient selon l’assureur avec lequel le contrat a été souscrit, ainsi que selon le type de contrat souscrit. Considérez également dans quels pays l’assurance peut avoir lieu en cas d’accident (seulement la Belgique, l’Europe, le monde entier).

Les circonstances de l’accident peuvent être diverses et diverses :

  • à la maison et à la vie privée ou de loisirs
  • en raison d’accidents médicaux
  • École et/ou parascolaire
  • Trafic comme piéton ou cycliste
  • attaques, crimes ou vols qualifiés
  • en raison de catastrophes naturelles et/ou technologiques

Les causes de l’accident, au contraire, peuvent être tout aussi diverses.

RC Privacy Insurance (ou Assurance Familiale) ne remplace pas l’assurance accidents. L’assurance familiale couvre les dommages matériels ou corporels que vous pouvez infliger à autrui. Mais en aucun cas une blessure physique (ou matérielle), la victime de laquelle vous pourriez être. L’assurance accident est donc un complément parfait à votre assurance familiale.

Protection des données assurance accidents

Considérons plus en détail les différentes garanties qui peuvent constituer un tel contrat d’assurance :

Handicap ou handicap

En cas d’invalidité et/ou d’incapacité de travail partielle, temporaire, totale ou permanente (et à la suite d’un accident de la vie privée), les contrats d’assurance Accidents de la Vie prévoient une indemnisation pour l’assuré.

L’ indemnisation vise à compenser le préjudice physique et ses conséquences financières et morales sur la vie professionnelle, personnelle, matérielle et familiale de la victime.

Liste non exhaustive des quotas possibles

  • Défaut fonctionnel permanent (= lésions corporelles)
  • Paiement du capital à l’assuré selon son taux d’invalidité (= en cas d’incapacité permanente)
  • Versement d’une pension à l’assuré pendant la période d’incapacité de travail (= en cas d’incapacité temporaire)
  • Coûts d’hébergement ajustés (= travail nécessaire pour aménager la maison pour faire face aux handicaps, p. ex.
  • Coûts du véhicule ajustés (= travail nécessaire pour faire face à un handicap, par exemple)
  • souffrance (physique et/ou mentale)
  • Dommages d’accréditation (si la victime ne est plus en mesure d’effectuer une activité effectuée avant l’accident)
  • Divers coûts de compensation des conséquences de l’accident (p. ex. une femme de ménage)

L’ indemnisation versée à la victime n’est pas connue à l’avance, mais sera en tout état de cause limitée au montant maximum prévu dans le contrat.

Souvent, les contrats contiennent également plusieurs restrictions à l’octroi de telles allocations (par exemple, un délai d’attente et un délai de paiement des indemnités) et tiennent compte du préjudice économique réel (par exemple, pourquoi le montant alloué n’est pas connu à l’avance).

En outre, les contrats prévoient presque systématiquement un taux minimal d’invalidité pour être admissible à une indemnisation.

Les normes contractuelles prévoient habituellement une indemnisation dès 30 % de l’invalidité ou de l’invalidité. Les meilleurs contrats peuvent même obtenir une compensation allant jusqu’à 5% ou 10% de la prévoir des handicaps ou des incapacités. Si les contrats prévoient un seuil d’intervention supérieur à 30 %, ils doivent être analysés avec plus de soin et s’il convient de les souscrire. Bien que ces contrats soient alors moins chers, la probabilité d’une assurance diminuera également considérablement.

Comment le montant de l’indemnité est-il déterminé ?

Le montant de l’indemnisation est calculé sur la base du dommage évalué par un spécialiste (lorsque l’état de la victime est consolidé et donc plus susceptible de changer) et de certains coûts.

Cependant, le montant peut également dépendre des facteurs suivants :

  • la limite de compensation fixée dans le contrat (par demande ou par an)
  • la franchise, le cas échéant, prévue dans le contrat (= montant minimum à verser à l’assuré)
  • règles ordinaires (sur la base de l’indemnisation reçue par les tribunaux, en règle générale, pour les similaires cas accordés)
  • le degré de handicap belge (éventuellement augmenté en fonction de la profession)
  • le seuil d’intervention (= seuil en dessous duquel l’assurance ne couvre pas les dommages subis)

Ce dernier aspect est très important car il est systématiquement inclus dans tout contrat. Prenons à titre d’exemple que ce seuil d’intervention est fixé à 30 %, ce qui signifie que tout accident ayant entraîné une invalidité ou une incapacité inférieure à 30 % ne sera pas indemnisé ! Cela signifie que ce cours sera plus élevé, au moins il est probable que vous recevrez une indemnisation de l’assurance !

Pour déterminer le taux d’invalidité, les assureurs s’appuient généralement sur le handicap officiel belge (= BOBI), qui est le document de base de l’évaluation médicale habituelle en Belgique. Si vous avez pris le temps de lire ce document (également appelé superficiel), vous serez convaincu qu’il est donc important de choisir un contrat avec le seuil d’intervention le plus bas possible afin d’obtenir une partie de l’assurance en cas d’accident !

décès

En cas d’inattente de l’assuré désigné dans le contrat, l’assurance interviendra au profit des bénéficiaires :

  • Paiement du capital aux bénéficiaires (montant payé selon les termes du contrat)
  • Couverture du préjudice économique des bénéficiaires (p. ex. perte de revenu)
  • Couverture du préjudice moral (= souffrance morale des bénéficiaires)
  • Couverture des frais funéraires (jusqu’à un montant déterminé)

Frais médicaux

En cas d’accident, la personne assurée désignée dans le contrat, fournissant des soins médicaux (par exemple, en raison d’une blessure) ou d’hospitalisation , l’assurance s’occupera de :

  • Frais médicaux (remboursement des frais non couverts par le fonds d’investissement)
  • Coûts de santé pendant la période de récupération ou de revalidation
  • le coût de la personnalisation de votre logement (par exemple, les travaux visant à rendre votre fauteuil roulant domestique accessible)
  • le coût de l’ajustement de votre moyen de transport (par exemple, installation d’une transmission automatique sur votre voiture)
  • Indemnisation pour les dommages connexes (par exemple, esthétique, souffrances subies, etc.)
  • Perte de revenus professionnels

Toutefois, les restitutions sont limitées au montant maximal fixé dans le contrat pour chaque cas particulier. Limite peut également être expliquée par la perte et dans le temps. Envisagez de vérifier ces éléments lors de l’abonnement au contrat !

Service d’assistance

Dans certains contrats, parfois en plus des garanties de base Soutien fourni. Ce service supplémentaire est souvent le bienvenu en cas de problème.

Des exemples et des exemples non exhaustifs sont une liste de services de soutien qui peuvent être inclus dans le contrat :

En cas d’hospitalisation ou d’immobilisation

  • suppose/déplacer un être cher à votre lit
  • Présence d’une personne dans votre maison pour vous aider après avoir perdu votre autonomie
  • Entretien de votre maison par une femme de ménage
  • Préparation des repas
  • Livraisons d’épicerie
  • Coiffure à la maison
  • Transfert à un être cher après l’hospitalisation
  • Transport aux rendez-vous du médecin
  • Livraison de votre médicament
  • Garde d’enfants ou petits-enfants (ou autres personnes à charge)
  • Devoirs ou soutien scolaire pour vos enfants
  • Retournez à l’école ou conduisez au activités parascolaires de vos (petits) enfants
  • Transfert et garde des animaux
  • Un retour à l’aide à l’emploi

En cas de décès

  • Connectez-vous à un salon funéraire
  • Appui au rapatriement en cas de décès à l’étranger

Information et conseils

  • Assistance et information dans les domaines administratif, médical, social et juridique
  • Configurer un soutien psychologique
  • Recommandations à l’intention des médecins/spécialisés/infirmières
  • Ligne d’assistance
  • Soutien aux voyages

Voici donc quelques exemples de services que vous avez inclus dans un contrat d’aide. Cependant, il est rare que tous ces avantages soient inclus. Seuls quelques-uns le seront, et parfois même dans certaines conditions. Il est donc nécessaire d’examiner dans le contrat proposé ce qui est proposé, quelles conditions pour l’établissement, Cas particuliers pour lesquels une assistance est fournie et dans quelle mesure l’aide fournie est fournie (le service s’applique également à l’étranger, combien de temps vous pouvez en bénéficier et combien de fois pouvez-vous le faire).

Protection juridique

Une formule d’aide juridique est parfois incluse dans ce type de contrat. En fait, les avantages sont souvent limités à certains cas.

Par exemple, le public cible :

  • contre le tiers responsable de votre accident.
  • contester le montant de l’indemnité proposée
  • en cas de refus d’intervenir par une autre assurance, devrait prévaloir sur le contrat existant
  • dans le cas où l’assuré perd son travail à la suite de son accident

Les frais juridiques, tels que ceux d’un avocat ou ceux découlant de connaissances spécialisées, sont donc couverts.

Bien que ce service dans ce type de le contrat est le bienvenu, il ne remplacera jamais une entente distincte et plus large sur les frais juridiques. Considérez à l’avance les services offerts, les modalités et les exclusions de ce type de service. Par conséquent, il est intéressant de vous référer aux assureurs légaux tels que DAS ou ARAG, dont la profession est.

Quel est le coût de l’assurance accidents de la vie ?

Le prix d’une assurance accidents de la vie privée varie selon différents critères. Bruyant :

  • Type de contrat (p. ex. individuel ou familial)
  • Garanties prévues dans le contrat (au les garanties seront nombreuses, à le prix sera élevé)
  • Les garanties supplémentaires incluses dans le contrat apportent généralement une valeur ajoutée (p. ex. maintien des conséquences économiques ou présence d’un service de soutien)
  • Le seuil d’intervention prévu dans le contrat pour permanent ou total Handicap (à ce seuil sera faible, à le prix sera élevé)
  • Montants réglés dans le cadre de chaque garantie (p. ex. indemnisation en cas de décès) Plus ces montants seront élevés, plus le prix est élevé.

Si vous voulez conclure un tel contrat, n’hésitez pas à mettre quelques euros supplémentaires dans le solde et choisissez une formule d’assurance élargie qui fournit plus de services et moins de restrictions. En fait, l’écart de prix entre les formules « bas de gamme » et « haut de gamme » est relativement faible, et en cas de panne, vous aurez plus de chances d’être correctement compensé.

Quelles sont les exclusions ?

Comme pour tout contrat d’assurance, il existe de nombreuses exclusions de l’assurance accidents et de la protection des données  !

Ce type d’assurance est presque systématique dans les accidents de la route et les accidents du travail car ils sont couverts par d’autres types d’assurance. De RC Auto Assurance, qui couvre les dommages subis par les victimes d’un accident de la route, à l’exception du conducteur, mais pour lequel il existe une assurance facultative (= assurance conducteur) et une assurance accidents du travail, que chaque employeur doit souscrire légalement une fois qu’il emploie ses employés.

Lisez le chapitre « Exclusions » des conditions générales auxquelles vous souhaitez vous abonner, en accordant une attention particulière à la liste des critères et circonstances exclues. Cette annonce est très importante et si vous vous familiarisez avec elle, vous vous épargnerez des surprises désagréables en cas d’accident.

Les exclusions les plus courantes comprennent :

  • Dommages causés par certaines activités sportives (menacées, aériennes ou extrêmes)
  • Dommages causés par l’exercice de sports professionnels (ou profit) émerger
  • Accidents dus à l’intoxication, à l’intoxication alcoolique ou sous l’influence de drogues, de stupéfiants, de stupéfiants ou de drogues
  • Dommages causés par des maladies accidentelles
  • Certaines maladies, même si elles résultent d’un accident (p. ex. paludisme)

Ils peuvent également être causés par des dommages tels que :

  • une guerre ou une agitation civile/politique
  • à l’occasion d’activités professionnelles, politiques, syndicales
  • expériences non autorisées
  • Utilisation d’un véhicule autonome assujetti à une assurance légale
  • suicide ou tentative de suicide
  • faute intentionnelle des assurés et ses conséquences
  • une infraction à la législation (infraction, crime, délit,…).
  • Personnes de plus d’un certain âge (habituellement 65 ans s’il y a une telle clause)
  • Certains contrats ne couvrent parfois que le total Handicap (pas de handicap partiel)

Toutes ces exclusions ne sont pas systématiquement incluses dans chaque contrat. Il est donc nécessaire de revoir attentivement les termes du contrat auquel vous souhaitez souscrire. Et rappelez-vous que, comme pour tout contrat d’assurance, tout ce qui n’est pas explicitement exclu est couvert !

Choisir votre assurance Accident

Les contrats offerts varient d’un assureur à l’autre, que ce soit en termes de garanties, d’indemnisation, de conditions ou d’exclusions. Par conséquent, il est nécessaire d’examiner attentivement chaque contrat avant d’y souscrire et ne pas l’appâter aveuglément par la publicité pour le produit (qui, bien sûr, tend à embellir le produit et à briser l’impasse sur les points faibles ou manquants).

Afin de ne pas se tromper dans votre choix, voici les principaux critères de révision du contrat (pas tous Lisez les Conditions Générales) :

  • Montant de l’indemnisation (montant maximal en fonction du risque assuré, par exemple en cas de décès).
  • Garanties couvertes (en cas d’incapacité totale/partielle de travail ou les deux, p. ex.
  • Le seuil d’intervention (= seuil au-dessous duquel l’assurance ne supporte pas les dommages soudainement)
  • La liste des exclusions prévues dans le contrat pour chaque type de garantie

En termes d’assurance, le risque de double emploi est fréquent, voire inévitable. Par conséquent, pensez également à vérifier si vous n’êtes pas déjà assuré par d’autres organisations pour les mêmes risques (ou seulement certains risques) (assurance maladie complémentaire, assurance revenu garanti, assurance hospitalisation, assurance funéraire, carte de crédit,…).