Qu’est-ce que l’Ebitda ajusté ?

17

Certains investisseurs attachent trop d’importance aux flux nets de liquidité et supposent que ces chiffres sont le meilleur moyen d’évaluer la valeur des actions d’une société.

Ce point de vue est généralement fondé sur le malentendu selon lequel les flux de liquidité correspondent à la valeur d’un solde qui serait détenu dans une institution financière.

A lire également : Stratégie de marque : que représente cette stratégie ?

Pour démonter cette perception, nous rappelons, par exemple, la fraude présumée découverte cet été dans la société allemande de technologie financière Wirecard AG, où il semblait que l’équivalent déclaré de 1 milliard d’euros n’existait tout simplement pas. Cette fraude de faux comptes reflète une autre tromperie commise par le géant laitier italien Parmalat en 2003, où cette fois-ci la falsification des informations financières s’élevait à 4 milliards d’euros fictivement.

flux de liquidité, qui, comme nous le voyons, à partir de zéro ne sont que le début des défis à relever dans l’analyse de la valeur d’une entreprise pour les investisseurs.

A découvrir également : Pourquoi une amende fiscale est une charge exceptionnelle ?

Par conséquent, il ne faut pas présumer que la fraude vise nécessairement à améliorer les résultats des flux de liquidité. La direction pourrait aussi s’appuyer sur un cadre comptable laxiste pour tromper les investisseurs.

Compte tenu de la nature d’un état des flux de trésorerie, dont la valeur doit être calculée à partir des opérations de trésorerie, l’état de comptabilité d’exercice devrait être documenté comme un indicateur des flux de trésorerie disponibles.

Ainsi, si le flux de liquidité est excédentaire, l’entreprise peut être en mesure de verser des dividendes (ou des dettes), et vice versa, si elle est négative, une injection de capital ou l’annulation de certains coûts peut être nécessaire, par exemple.

Une ventilation des flux de liquidité se forme en travaillant en arrière pour créer un pour obtenir une approximation des montants monétaires. Le mot-clé est « about ». En combinant un mauvais point de départ avec la nécessité de procéder à de multiples ajustements et l’introduction d’une « orientation » par la direction, les flux de trésorerie finaux pourraient être tout sauf concrets ou définitifs.

LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

À titre d’explication, le tableau des flux de trésorerie est divisé en trois parties : trésorerie générée ou utilisée dans les activités d’exploitation, d’investissement et de financement.

La section « Entreprises » utilise la détermination du bénéfice net et tient compte des rajustements pour estimer la valeur de l’encaisse générée par les activités d’exploitation. C’est le problème analytique classique « données inexactes, résultats incorrects », c’est-à-dire, si ce qui vient en qualité, sera également le résultat ; mais le contraire est aussi le cas.

Par conséquent, la valeur du revenu net obtenu par la direction, ce qui pourrait faire preuve de beaucoup de discernement pour répartir les flux de trésorerie initiaux à des périodes arbitraires. Le diagramme de flux de trésorerie tenterait alors d’annuler cette situation, un peu comme le démêlement d’un nœud, mais il y avait constamment des obstacles, ce qui rendait la tâche difficile.

En outre, les flux de trésorerie doivent être répartis dans l’une des trois parties du tableau financier et peuvent facilement être mal classés (en raison de règles comptables flexibles, d’erreurs ou de gestion « agressive » des données). Les sorties de trésorerie considérées comme faisant partie des activités opérationnelles peuvent également être affectées par des investissements ou des financements qui peuvent conduire à des détournements et même à améliorer les performances dans des secteurs où les investisseurs concentrent généralement leur attention.

Les composants, pour leur part, peuvent être « ajustés » par, par exemple, des créances être convertis en investissements à long terme (qui ne font pas partie des dépenses en capital) ou en affacturage inverse.

Ces techniques et d’autres stimulent également le libre flux de trésorerie, une mesure souvent utilisée par les investisseurs pour évaluer la santé des entreprises et la viabilité des dividendes.

MANQUE D’INFORMATION

Cependant, se concentrer sur le flux de trésorerie libre signifie ignorer plus de la moitié du graphique des flux de trésorerie. Les flux de trésorerie disponibles sont la contrepartie approximativement le BAIIA ajusté (bénéfices avant intérêts, impôts, amortissement et amortissement) du compte d’exercice en fonction du montant des informations manquantes.

Les flux de liquidité ont également tendance à fluctuer plus que les bénéfices, ce qui rend l’analyse des tendances plus difficile et probablement plus facile à gérer.

Compte tenu de tous ces problèmes, les investisseurs ne devraient pas trop compter sur les flux de liquidité pour Mettre l’accent sur les fins de l’analyse des investissements

ADOPTER UN HYBRIDE

La meilleure approche, comme c’est le cas pour l’investissement, est une méthode hybride. Cela est susceptible de doubler le travail ou même plus, mais les investisseurs ne peuvent pas compter sur un seul système si elle est défectueuse. L’utilisation de plusieurs variables et mesures telles que les flux de trésorerie, les bénéfices, l’EBITDA, l’actif net et même les chiffres ajustés par la direction fournissent un tableau complet. L’utilisation de nombreuses approches imparfaites semble augmenter le risque d’erreurs, mais les diverses méthodes tendent à atténuer les faiblesses des autres.

Oubliez les platitudes sur les placements que vous entendez sur les flux de liquidité. L’argent n’est pas tout et parfois l’argent n’est même pas de l’argent. Investir n’est jamais aussi facile qu’il n’y paraît.

Al et Mark Rosen dirigent la Responsabilité Research Corp., qui fournit des conseillers en placement en offre des recherches indépendantes sur l’équité partout au Canada. Al Rosen est FCA, FCMA, FCPA, CFE, CIP, et Mark Rosen est MBA, CFA, CFE.